09 décembre 2009

Lebanon: Une journée en Enfer

« J'ai écrit ce film avec mes tripes. » a déclaré Samuel Maoz le 12 septembre dernier en recevant le Lion d'or du Festival du Film de Venise. On veut bien le croire!

Lebanon, des scènes fortes pour un film intense.

1982, première guerre du Liban. Quatre jeunes soldats israéliens

inexpérimentés doivent franchir en char la frontière libanaise. Entre  crise de folie, nerfs qui lachent et preuves d'amitié: Lebanon est une journée en Enfer.

Les personnages découvrent l'horreur de la guerre. Du sang, des larmes, des balles qui fusent. La cigarette comme seul réconfort. Les images de qualités procurent au film une vrai valeur esthétique.

Le réalisateur a choisit de ne pas nous faire sortir du tank. On est coincé dans ce rhinocéros d'acier avec les soldats israéliens et un prisonnier syrien. L'extérieur n'est perçut qu'à travers le viseur du char. Un parti-pris atypique du réalisateur.

Dans la lunette du tireur, les regards sont un leitmotiv. Des regards inquiets, effrayés, désespérés.

Un angle original, un jeu d'acteur remarquable et une atmosphère pesante font de Lebanon un film réaliste, troublant.

On apprecie d'avoir le point de vue israélien sur les conflits israélo-arabes, chose plutôt inhabituelle.

Lebanon atteint son douloureux objectif: nous faire ressentir à quel point la guerre détruit tous ceux, qui, de gré ou de force, y participent.

Un film dérangeant, dans le bon sens du terme. On ne peut pas passer à côté: Lebanon est à voir. Attention cependant, certaines scènes très dures par leur caractère réaliste peuvent heurter la sensibilité des spectateurs les plus sensibles.

A noter que Lebanon est un long métrage autobiographique, ce qui ne rate pas d'ajouter de l'intensité à l'histoire.

samuelmaozlebanon

Le réalisateur Samuel Maoz au festival du film de Venise remporte un Lion d'or

lebanonsc_nefilm       lebanonsc_nefilm2
quelques scènes du film Lebanon

Posté par ManonRoyer à 13:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur Lebanon: Une journée en Enfer

Poster un commentaire